Des débats pour une frontière... Entre Flandre et Hainaut : les châtellenies de Lessines et de Flobecq à la fin du Moyen Âge 

 

Situées dans une zone stratégique de premier ordre aux confins des comtés de Flandre et de Hainaut, présentant par ailleurs un intérêt économique évident en raison, notamment, des revenus considérables générés par leurs vastes étendues forestières, les châtellenies de Lessines et de Flobecq, commandées l’une et l’autre par une impressionnante place forte, furent pendant très longtemps disputées entre ces deux principautés rivales. Les controverses interminables dont fit l’objet ce petit coin de terre à l’identité bien marquée lui valurent, dès la fin du XIIIe siècle, l’appellation de « Terres de Débat » (en flamand « Land van Debat », en latin « Terrae Contentiosae » ou « Partes Controversae ») qu’il conserva jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Donnant lieu dans un premier temps à diverses interventions militaires, ce différend frontalier ne fut en effet jamais véritablement réglé. Si l’unification bourguignonne lui fit perdre son caractère guerrier, il perdura pendant encore quatre siècles sous la forme plus pacifique de conflits de compétence entre les instances judiciaires des deux comtés.

La question des Terres de Débat prit naissance «officiellement» le 13 juin 1280, lorsque Jean d’Audenarde, l’indomptable potentat local, convertit ses soi-disant francs-alleux de Lessines et de Flobecq en « fiefs de reprise » hainuyers dans le but de braver le comte de Flandre Guy de Dampierre. Pour cet aristocrate arrogant, il s’agissait de tenir la dragée haute au prince territorial flamand et de faire obstacle à ses visées centralisatrices. L’ « expansionnisme » de l’administration comtale menaçait en effet ses prérogatives de grand seigneur féodal indépendant et maître chez lui. Suite à ce coup de force qui ne manquait pas de panache, notre farouche baron allait, dans le cadre d’une politique de bascule clairement assumée, délivrer une série de chartes contradictoires que, dans les décennies suivantes, les comtes de Flandre et de Hainaut s’empresseraient d’invoquer, sélectivement bien sûr, à l’appui de leurs revendications sur ce territoire contesté...

Minés par les querelles intestines à une époque où ils auraient mieux fait d’unir leurs forces face aux graves périls qui pesaient sur leurs possessions, en proie à d’inextricables difficultés financières, source de maintes tentations et prétexte à toutes les bassesses, défavorisés, enfin, par la situation frontalière de leur domaine principal qui, se trouvant en plein sur la ligne de front, se transforma très vite en champ de bataille des dynastes flamand et hainuyer, les seigneurs d’Audenarde, qui n’avaient manifestement pas su faire face à la crise entraînée par la mort de Marguerite de Constantinople et la fin du régime d’union personnelle entre les deux comtés, disparurent de la scène politique au tournant du XIVe siècle, laissant pour héritage pourri un conflit frontalier qui allait empoisonner les relations flandro-hainuyères pendant encore quasiment un demi-millénaire...